L’Église famille de Dieu à Ouagadougou célèbre ce samedi 30 avril la troisième et dernière tranche des grandes messes de requiem de l’année pastorale. A la paroisse Saint Camille, le président de la célébration, le Père Pascal NIKIEMA (vicaire de la paroisse) a déclaré que la plénitude de vie que Jésus a reçue, il a daigné la partager avec chacun et chacune de nous, et avec nos parents défunts.

«En présence de la mort, nous pouvons et nous devons nous appuyer sur la mort et la résurrection du Seigneur Jésus pour nous attacher à l’espérance que nous ressusciterons nous aussi et que nous vivrons éternellement(…). La plénitude de vie que Jésus a reçue, il a daigné la partager avec chacun et chacune de nous, et avec nos parents défunts» a déclaré le Père Pascal NIKIEMA, vicaire à la paroisse saint Camille.

Dans son homélie, il explique pourquoi ce n’est pas par un mérite de la part de l’homme, mais plutôt par amour que Jésus partage avec lui cette vie. En effet, selon le Père NIKIEMA, notre compréhension de la vie et de la mort a été enracinée dans la parole de Dieu et notre foi nous apprend que la mort n’est pas un point final mais juste un passage. Ainsi, la mort, même quand elle nous attriste, ne devrait pas nous voler notre paix et notre espérance car avec Jésus, notre mort prend un autre sens.

«C’est en Jésus et en Jésus seulement que nous pouvons trouver un sens à la mort et enraciner notre espérance en la vie éternelle, la plénitude de vie que lui-même Jésus veut nous partager» a-t-il ajouté.

Le Vicaire de la paroisse explique aussi que la célébration de ce jour n’est pas seulement une supplication pour nos parents défunts mais qu’elle est aussi une célébration de l’amour de Dieu pour l’homme, l’amour de Dieu pour chacun et chacune de nous et pour nos parents défunts. À travers cette messe, «nous célébrons aussi notre amour pour nos parents défunts, pour nos parents qui nous ont devancé dans l’autre vie. Cette célébration de l’amour nous réunit à ces parents très chers à nous» a-t-il expliqué.

Enfin, le Père Pascal NIKIEMA a insisté sur l’importance pour les fidèles de prendre conscience que cette célébration n’est pas une fête, ni une occasion pour venir pleurer. C’est plutôt l’espérance qui porte les fidèles à célébrer la vie.

Le président du conseil paroissial des laïcs François SAWADOGO a saisi l’occasion pour adresser sa compassion aux familles des défunts en ces termes :«nous présentons notre compassion à toutes les familles qui ont été éplorées et nous demandons au Seigneur d’essuyer leurs larmes.

Cette messe s’inscrit dans le cadre des grandes messes de requiem que l’archidiocèse organise en trois tranches chaque année pastorale pour recommander à Dieu tous les parents défunts. C’est la dernière tranche des messes de requiem de cette année pastorale que l’Église a célébré aujourd’hui en faveur de tous les parents défunts.

Par ailleurs, dans le cadre de cette grande messe de requiem, une veillée de prière a été organisée le vendredi 29 avril 2022 en faveur des défunts. Dans cette journée du samedi 30 avril, les fidèles feront le tour des différentes familles pour les salutations entrant dans le contexte de la messe de requiem.Cette messe est aux intentions des défunts, mais tous les jours, les fidèles peuvent demander des messes pour leurs parents défunts et cela a la même valeur.

En revanche, le vicaire a tenu aussi à préciser qu’à l’occasion de cette messe, l’Église célèbre la vie. Selon ce dernier, c’est la résurrection qui est mise en exergue au cours de cette messe. Ce n’est ni les morts ni les vivants qui sont célébrés, c’est plutôt Jésus-Christ ressuscité (la vie) qui, par son amour, par sa puissance partage cette vie de gloire avec tous les frères et sœurs qui sont passés par la mort.

Pin It

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.