Cette page est mise à jour automatiquement à partir du site levangileauquotidien.org. Abonnez-vous pour recevoir tous les matins l'Evangile par mail en cliquant ici. Bonne méditation. Que Dieu vous bénisse.

Aujourd'hui : Sunday 25 February 2024 - Deuxième dimanche de Carême
Saint(s) du jour : Bse Marie Ludovic De Angelis, religieuse († 1962) Bx Robert d'Arbrissel, prêtre et fondateur († 1117) St Nestor de Pamphylie, évêque et martyr († 250) St Césaire de Nazianze, medecin († 369) Ste Adeltrude, vierge et abbesse († 696) Ste Walburge, abbesse († 779) St Gerland, évêque († 1100) Bx Avertan, pèlerin et carme († v. 1385) Bx Sébastien de Aparicio, frère o.f.m. († 1600) Bx Dominique Lentini, prêtre († 1828) Bse Marie Adéodate Pisani, abbesse († 1855) St Laurent Bai Xiaoman, ouvrier et martyr († 1856) St Toribio Romo, prêtre et martyr († 1928) Sts Louis Versiglia et Calliste Caravario, s.d.b. et martyrs Bx Ciriaco María Sancha Hervás, cardinal et fondateur

Première lecture : Livre de la Genèse 22,1-2.9a.10-13.15-18.


En ces jours-là, Dieu mit Abraham à l’épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! »
Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en holocauste sur la montagne que je t’indiquerai. »
Ils arrivèrent à l’endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y bâtit l’autel et disposa le bois ; puis il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel, par-dessus le bois.
Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils.
Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! »
L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur le garçon ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. »
Abraham leva les yeux et vit un bélier retenu par les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils.
Du ciel, l’ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham.
Il déclara : « Je le jure par moi-même, oracle du Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique,
je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et ta descendance occupera les places fortes de ses ennemis.
Puisque tu as écouté ma voix, toutes les nations de la terre s’adresseront l’une à l’autre la bénédiction par le nom de ta descendance. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Psaume : Psaume 116(115),10.15.16ac-17.18-19.


Je crois, et je parlerai,
moi qui ai beaucoup souffert,
Il en coûte au Seigneur
de voir mourir les siens !

Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
moi, dont tu brisas les chaînes ?
Je t'offrirai le sacrifice d'action de grâce,
j'invoquerai le nom du Seigneur.

Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple.
à l'entrée de la maison du Seigneur,
au milieu de Jérusalem !

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Deuxième lecture : Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8,31b-34.


Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?
Il n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il, avec lui, ne pas nous donner tout ?
Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? Dieu est celui qui rend juste :
alors, qui pourra condamner ? Le Christ Jésus est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, il intercède pour nous.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Evangile : Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,2-10.


En ce temps-là, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux.
Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille.
Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus.
Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande.
Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! »
Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux.
Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts.
Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ».

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Commentaire : « Ils se demandaient entre eux ce que voulait dire : ' ressusciter d'entre les morts ' »

Par : Anastase du Sinaï (?-après 700), moine
Dans : Homélie pour la fête de la Transfiguration (trad. cf bréviaire 06/08)
Sur le mont Thabor, Jésus a fait voir à ses disciples une merveilleuse manifestation divine, comme une image préfigurative du Royaume des cieux. C'est exactement comme s'il leur disait : « Pour que le retard n'engendre pas en vous l'incrédulité, dès maintenant, immédiatement, vraiment je vous le dis, il y en a parmi ceux qui sont ici qui ne connaîtront pas la mort avant d'avoir vu le Fils de l'homme venir dans la gloire de son père » (Mt 16,28)... Telles sont les merveilles divines de cette fête... Car c'est en même temps la mort et la fête du Christ qui nous rassemblent. Afin de pénétrer dans ces mystères avec ceux qui ont été choisis parmi les disciples, écoutons la voix divine et sainte qui, comme d'en haut..., nous convoque de façon pressante : « Venez, criez vers la montagne du Seigneur, au jour du Seigneur, vers le lieu du Seigneur et dans la maison de votre Dieu ». Écoutons, afin qu'illuminés par cette vision, transformés, transportés..., nous invoquions cette lumière en disant : « Qu'il est redoutable ce lieu ; il n'est moins de rien que la maison de Dieu et la porte du ciel » (Gn 28,17).

C'est donc vers la montagne qu'il faut nous hâter, comme l'a fait Jésus qui, là comme dans le ciel, est notre guide et notre avant-coureur. Avec lui nous brillerons pour les regards spirituels, nous serons renouvelés et divinisés dans la constitution de notre âme ; configurés à son image, comme lui, nous serons transfigurés — divinisés pour toujours et transportés dans les hauteurs...

Accourons donc, dans la confiance et l'allégresse, et pénétrons dans la nuée, comme Moïse et Élie, comme Jacques et Jean. Comme Pierre, sois emporté dans cette contemplation et cette manifestation divines, sois magnifiquement transformé, sois transporté hors du monde, enlevé de cette terre. Laisse-là la chair, quitte la création et tourne-toi vers le Créateur à qui Pierre disait, ravi hors de lui-même : « Seigneur, il nous est bon d'être ici ! » Oui, Pierre, il est vraiment bon d'être ici avec Jésus, et d'y être pour toujours.

Service offert par l'Evangile au Quotidien - levangileauquotidien.org