Chers prêtres, religieux et religieuses,
Chers frères et sœurs en Christ,
Chers Papas et Mamans Catéchistes,

« A vous tous, grâce et paix de la part de Dieu notre Père et de notre bien-aimé Seigneur Jésus-Christ » !

Aujourd’hui, en Église Famille diocésaine, nous célébrons dans la joie et l’action de grâce, la clôture du jubilé des 50 ans des Papas et Mamans Catéchistes. 50 ans d’engagement et d’évangélisation ; 50 ans de grâce au cours desquels, des hommes et des femmes de bonne volonté, à l’instar des disciples du Christ, ont travaillé à donner la foi chrétienne. C’est un motif d’action de grâce au Seigneur pour son amour et sa fidélité sans cesse renouvelés à l’endroit des PMC, de notre Église Famille de Dieu. Que le nom du Seigneur soit béni maintenant et pour les siècles !

I. Brève Historique des PMC

Dans l’Histoire de l’Eglise Catholique au Burkina Faso, l’année 1969 constitue un tournant important. L’Abbé Valentin NANDNABA a été le Prêtre qui a lancé l’Apostolat des P.M.C. Le 8 octobre 1990, il raconta l’histoire des PMC.

« Tout a commencé fin 1969 quand le Gouvernement LAMIZANA a décidé de nationaliser toutes les écoles de la Mission. Jusque là, les cours de catéchisme étaient donnés aux écoliers dans les écoles : depuis les C.P.1 jusqu’au C.M.2. Pour les enfants qui n’avaient pas eu la chance d’aller à l’école, beaucoup suivaient les cours de catéchisme donnés aux jeunes et adultes. Ils recevaient la 1ère Communion à la fin du stade de la Médaille et la Confirmation avec les adultes (après le Baptême de ceux-ci). Avec la nationalisation les cours de catéchisme étaient supprimés dans les écoles ». Après en avoir parlé aux prêtres, l’Abbé Valentin décida d’interpeller les chrétiens :

« Vous êtes, vous les parents, les premiers responsables de la formation chrétienne de vos enfants. Avec la nationalisation des écoles vos enfants n’auront plus le catéchisme à l’école. Il nous faut des volontaires dans tous les quartiers pour faire le catéchisme aux enfants pour la Première Communion, la Confirmation et la Rénovation des promesses baptismales. A partir d’aujourd’hui, que ceux qui veulent aider pour ce travail viennent donner leur nom à la Paroisse ». Le nombre des inscrits monta à 76 ou plus et peu à peu dépassa les 100. Les autres Paroisses prirent l’exemple. Cependant, le travail des PMC n’étaient pas sans difficulté. Les uns (ou unes) s’engageaient puis abandonnaient à cause du moore difficile à lire, à cause de l’indiscipline des enfants, à cause des insultes, des critiques négatives des parents des enfants ou à cause de leur profession (manque de temps libre aux heures de catéchisme). Les autres s’engageaient et persévéraient malgré les difficultés. Les Prêtres et les religieuses peinaient aussi ; car il leur fallait inventer des méthodes d’organisation et de formation toutes nouvelles, composer des manuels de catéchisme pour enfants en moore surtout. Pour cette tâche, les Sœurs Blanches de la Cathédrale (Sœur Jeanne LAPORTE, Sœur Jeannette TREMBLAY, Sœur Marie de QUELVIN spécialement, et les SIC de la Cathédrale (Sœur Anastasie OUBDA, Sœur Marie-Félix ZOUNGRANA et Sœur Monique SIMPORE, spécialement) se dépensèrent. Les jeunes prêtres, vicaires dans la Capitale furent mis à contribution : Abbé Pierre TAPSOBA, Abbé Séraphin ROUAMBA, Abbé Joachim DOAMBA, Abbé Jean ILBOUDO, Abbé Grégoire BALIMA, Abbé Ernest OUEDRAOGO.

Les 4 et 5 Mai 1985, était célébré à la Cathédrale, le 25ème Anniversaire des PMC. Madame Jeanne TAPSOBA (Présidente des PMC de la Cathédrale) a lu cette prière des PMC : « Soaala Zezu Krista,Yâmb boola maam, ti m wa moon y koèègâ kamba sùka, Sik-y y Vùùsem Sôngo mam zugu, ti m paam vêenem, raodo la pânga, n tôog n maan y tùùmda neere, wala yâmb mêng sên date, Yâmb yùùr pêgr yînga. Amina ! ».

Cette prière marquait le début d’une nouvelle marche, la marche de tous les PMC vers le cinquantenaire. Du 5 Mai 1985 au 26 Mai 2019, 25 ans de grâce, à la suite des Pères fondateurs et des pionniers des PMC-50 ans de vie et d’engagement pour la foi et la transmission saine de la foi aux plus jeunes.

II. Défis ou interpellations de la célébration jubilaire

Engagement renouvelé de tous les PMC : La splendide croissance de notre Eglise famille de Dieu et toutes ses réalisations en matière de catéchèse sont dues essentiellement au dévouement héroïque des générations de PMC. Il est de notre devoir d’évoquer leur souvenir et les fruits de leur labeur pour rendre grâce au Seigneur et nous acquitter de notre dette de reconnaissance envers ces ancêtres dans la foi. Le 31 juillet 1969, au moment où naissait les PMC, le Pape Paul VI lançait un appel prophétique à tous les fils et filles de l’Afrique : « Vous africains, vous êtes désormais vos propres missionnaires » (Ecclesia in Africa, n°35). C’est dire qu’il revient aux africains de prendre le relai dans un engagement effectif, pour poursuivre l’œuvre de l’Evangélisation dans sa double mission ad intra, ad extra. Notre Eglise famille de Dieu ne peut se départir du soutien inestimable des laïcs. L’encadrement catéchétique des enfants est un rôle fondamental pour l’avenir de notre Eglise. Les enfants que les PMC forment aujourd’hui constituent la relève de demain. C’est pourquoi, j’invite chaque PMC à un engagement renouvelé pour la catéchèse. La tâche est rude, parce que nos enfants grandissent dans un monde dépravé, mais la tâche est noble, parce que vous la recevez du Christ, qui vous le répète : « Allez donc dans le monde entier, faites des disciples » (Mt 28, 19).

Engagement des Jeunes pour être PMC : De 1974 – 1977, une difficulté avait jailli dans le groupe des PMC : la Paroisse de Dapoya avait des élèves et des jeunes filles fonctionnaires, encore célibataires, en grand nombre comme PMC. Cela a amené certains à se demander si l’appellation « Papa-Catéchiste » ou « Maman-Catéchiste » leur convenait. A l’occasion de ce Jubilé d’Or, je lance un défi à tous les jeunes de l’Archidiocèse de Ouagadougou : un jeune, un PMC. N’attendez pas d’être Papa ou Maman avant de devenir PMC. Le PMC est celui qui, ayant mûri dans la foi et jugé apte par le Curé de sa Paroisse s’engage à aider les plus jeunes à comprendre la foi et à suivre le Christ.

Le défi de la formation continue et permanente des PMC : Notre monde est en perpétuelle évolution. Nous devons ensemble réfléchir, en paroisse, en diocèse, pour mettre en place de nouvelles méthodes qui aident les enfants à comprendre les leçons de catéchèse. Nous devons envisager des périodes de formation pour permettre aux PMC d’avoir des assises solides dans la foi. Il revient aussi à chaque PMC de travailler à une maîtrise de la Parole de Dieu, de la doctrine sociale de l’Eglise, du catéchisme de l’Église Catholique, pour être efficace et efficient.

Le défi de la gratuité dans le service : Le service des PMC est un service gratuit. Il use notre temps, nos énergies et nos moyens financiers. Depuis 1969, les PMC ont toujours travaillé gratuitement, volontairement au nom de leur foi et de leur amour pour le Christ. Le 16 Janvier 2019, le Pape François qui rencontrait les évêques chiliens leur disait : « les Laïcs ne sont pas nos ouvriers ni nos employés ». Oui, l’Église est une famille, et chacun doit jouer son rôle, pour le bien de tous ! Puisse ce service généreux, vous garantir les nombreuses grâces que Dieu réserve à ses fidèles serviteurs.

III. La Parole de Dieu nous invite à aimer et à écouter le Christ

La Parole de Dieu de ce sixième dimanche de Pâques nous invite à aimer et à écouter le Christ. L’Église en ce sixième dimanche de Pâques, replace le Christ au centre de la vie du chrétien. « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole et mon Père l’aimera. Alors nous viendrons à lui et nous nous ferons chez lui une demeure » (Jn 14, 23). Notre devoir de chrétien est d’aimer et d’écouter le Christ, pour vivre pleinement de lui.

+Philippe Cardinal OUEDRAOGO,
Archevêque Métropolitain de Ouagadougou

 

Pin It

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François