SUIVRE L'ÉTOILE

Epiphanie – Année C

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem
et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »
En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui.
Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ.
Ils lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète :
‘Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël.’ »
Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ;
puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »
Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant.
Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie.
Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.
Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. (Mt 2,1-12)

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Nous sommes tous trop habitués au récit des Mages. Par ailleurs, aujourd'hui, nous avons à peine le temps de nous arrêter pour contempler tranquillement les étoiles. Ce n'est probablement pas une simple question de temps. Nous appartenons à une époque où il est plus facile de voir les ténèbres de la nuit que les points lumineux qui brillent au milieu de toute obscurité.

Pourtant, il est toujours émouvant de penser à l'écrivain chrétien qui, en élaborant l'histoire des mages, les a imaginés au milieu de la nuit, suivant la petite lumière d'une étoile. Le récit respire la conviction profonde des premiers croyants après la résurrection. En Jésus les paroles du prophète Isaïe se sont accomplies : "Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Ils habitaient un pays d'ombres, et une lumière a brillé devant leurs yeux" (Isaïe 9, 1).

Il serait naïf de penser que nous vivons une époque particulièrement sombre, tragique et angoissante. N'est-ce pas précisément cette obscurité, cette frustration et cette impuissance que nous constatons en ce moment qui constituent l'un des traits qui ont presque toujours accompagné le parcours de l'être humain à travers les siècles ?

Il suffit d'ouvrir les pages de l'histoire. Sans doute trouvons-nous des moments de lumière dans lesquels de grandes libérations sont annoncées, de nouveaux mondes sont entrevus, des horizons plus humains s'ouvrent devant nous. Et ensuite, qu'est-ce qui arrive? Des révolutions qui créent de nouveaux esclavages, des exploits qui créent de nouveaux problèmes, des idéaux qui se terminent par des "demi-solutions", de nobles luttes qui se terminent par des "pactes médiocres". C'est encore l'obscurité.

Pas étonnant que l'on nous dise qu'"être homme est souvent une expérience de frustration". Mais ce n'est pas là toute la vérité. Malgré tous les échecs et les frustrations, l'homme se ressaisit, espère à nouveau, il se met encore en marche en direction de quelque chose. Il y a quelque chose en l'être humain qui l'appelle sans cesse à la vie et à l'espoir. Il y a toujours une étoile qui s'allume de nouveau.

Pour les croyants, cette étoile mène toujours à Jésus. Le chrétien ne croit pas à n'importe quel messianisme. Et c'est pourquoi il ne tombe pas non plus dans le piège du désenchantement. Le monde n'est pas un "cas désespéré". Il n'est pas dans l'obscurité totale. Le monde est orienté vers son salut. Dieu sera un jour la fin de l'exil et des ténèbres. Pleine lumière. Pour l’instant, nous ne le voyons que dans une humble étoile qui nous guide vers Bethléem.

 

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv

Pin It

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.