EUCHARISTIE ET CRISE ÉCONOMIQUE

17ème dimanche du Temps Ordinaire – Année B

En ce temps-là, Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée, le lac de Tibériade.
Une grande foule le suivait, parce qu’elle avait vu les signes qu’il accomplissait sur les malades.
Jésus gravit la montagne, et là, il était assis avec ses disciples.
Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche.
Jésus leva les yeux et vit qu’une foule nombreuse venait à lui. Il dit à Philippe : « Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? »
Il disait cela pour le mettre à l’épreuve, car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire.
Philippe lui répondit : « Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas pour que chacun reçoive un peu de pain. »
Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit :
« Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons, mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! »
Jésus dit : « Faites asseoir les gens. » Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes.
Alors Jésus prit les pains et, après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives ; il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient.
Quand ils eurent mangé à leur faim, il dit à ses disciples : « Rassemblez les morceaux en surplus, pour que rien ne se perde. »
Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d’orge, restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture.
À la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient : « C’est vraiment lui le Prophète annoncé, celui qui vient dans le monde. »
Mais Jésus savait qu’ils allaient venir l’enlever pour faire de lui leur roi ; alors de nouveau il se retira dans la montagne, lui seul. (Jean 6, 1-15)

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Nous, chrétiens, nous le savons tous. L'Eucharistie dominicale peut facilement devenir un "refuge religieux" pour nous protéger des tensions de la vie dans laquelle nous évoluons tout au long de la semaine. Il est tentant d'aller à la messe pour partager une expérience religieuse qui nous permet de nous soulager de problèmes, de conflits et de mauvaises nouvelles qui nous assaillent de toutes parts.

Nous sommes parfois sensibles à ce qui touche à la dignité de la célébration, mais nous sommes moins préoccupés par l'oubli des exigences qui découlent du fait de célébrer la Cène. Cela nous dérange qu'un prêtre ne respecte pas strictement les règles rituelles, mais cela ne nous fait rien de continuer à célébrer de manière routinière la messe sans écouter les appels de l’Évangile.

Le risque est toujours le même : communier avec le Christ au plus profond de notre cœur sans nous préoccuper de communier avec nos frères et sœurs qui souffrent. Partager le pain de l'Eucharistie et ignorer la faim de millions de frères et sœurs qui sont privés de pain, de justice et d'avenir.

Dans les années à venir, les effets de la crise deviendront beaucoup plus graves que nous ne le craignions. La cascade de mesures qui nous sont dictées de manière implacable et sans appel fera croître entre nous une inégalité injuste. Nous verrons comment des personnes dans notre environnement plus ou moins proche vont s'appauvrir jusqu'à ce qu'elles soient à la merci d'un avenir incertain et imprévisible.

Nous connaîtrons de près des immigrants privés de soins de santé, des personnes malades qui ne sauront pas comment résoudre leurs problèmes de santé ou de traitements médicaux, des familles contraintes de vivre de la charité, les personnes menacées d'expulsion, des personnes sans assistance, les jeunes sans avenir clair. C'est quelque chose que l'on ne pourra pas éviter. Soit nous durcissons nos habitudes égoïstes de toujours, soit nous devenons plus solidaires.

La célébration de l'Eucharistie au sein de cette société en crise peut être un lieu de prise de conscience. Nous devons nous libérer d'une culture individualiste qui nous a habitués à vivre en ne pensant qu'à nos propres intérêts, et apprendre simplement à être plus humains. Toute l'Eucharistie vise à créer la fraternité.

Il n'est pas normal d'entendre chaque dimanche de l'année l'évangile de Jésus sans réagir à ses appels. Nous ne pouvons pas demander au Père "notre pain de chaque jour" sans penser à ceux qui ont des difficultés pour l'obtenir. Nous ne pouvons pas communier avec Jésus sans devenir plus généreux et plus solidaires. Nous ne pouvons pas nous donner la paix les uns aux autres sans être prêts à tendre la main à ceux qui sont les plus seuls et vulnérables face à la crise. José Antonio Pagola

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv

Pin It

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.