Vie de l'Eglise

Chers frères et sœurs bien aimés dans le Christ,

Ce matin, vous êtes nombreux à venir rendre grâce au Seigneur pour tout ce qu’il a fait pour cette maison Lavigerie depuis 25 ans : 25 ans de grâce, de bonheur et de joie, à travers des difficultés purificatrices. Mais aussi, nous lui demandons les grâces nécessaires pour que cette Maison de formation continue sa route sans peur avec Le Christ pour former des missionnaires passionnés pour Dieu et pour l’Afrique d’aujourd’hui. C’était le désir de notre fondateur qui disait : « j’ai tout aimé de l’Afrique et il ajoutait : l’œuvre durable d’évangélisation de l’Afrique devrait être accomplie par les africains eux-mêmes devenus chrétiens et apôtres … l’Afrique ne sera transformée que par des Africains ». Ce souhait de notre fondateur est devenu une réalité sur notre Continent. En effet cette Maison Lavigerie, commencée en 1988 dans le bâtiment de l’inter séminaire de Kossoghin, a accueilli 525 étudiants de différentes congrégations jusqu’aujourd’hui, dont 226 candidats missionnaires d’Afrique. Elle a déjà donné 61 missionnaires d’Afrique qui sont des témoins de Jésus Christ dans les différents pays Africains et aussi « hors d’Afrique ».

22 novembre 2013

Chers frères et sœurs, bonjour et bienvenue à ce rassemblement de prière et d’action de grâce. Permettez-moi d’accueillir et de saluer notre Père Évêque Mgr Philippe Ouédraogo, archevêque métropolitain de Ouagadougou qui préside cette eucharistie.

Monseigneur,

Malgré votre calendrier très chargé en cette fin d’année liturgique, malgré les préparatifs de la clôture de l’année de la foi, vous êtes venus commémorer avec nous dans la joie et l’action de grâce les 25 ans d’existence de notre séminaire. Merci pour votre sollicitude paternelle. Aujourd’hui, 22 novembre, vous célébrez le 16ème anniversaire de votre ordination épiscopale. La Maison Lavigerie et cette assemblée en prière vous souhaite un joyeux anniversaire. Avec vous, nous rendons grâce au Seigneur pour ces 16 ans de fidélité. Que le Seigneur attise et fortifie en vous les dons de sa grâce. Qu’il vous donne la santé, la force et la sagesse pour conduire le peule qu’il vous a confié. Que votre fête soit sans fin.

La "Maison Lavigerie", Maison de formation des Missionnaires d'Afrique (Pères Blancs) au Burkina Faso, est le Grand Séminaire de Philosophie de la Société des Missionnaires d'Afrique.

Ce Séminaire est un "Institut Supérieur privé de Philosophie" qui, en trois ans, prépare des étudiants, candidats au sacerdoce, à une licence en philosophie.

ASSEMBLEE GENERALE DE LA PROVINCE ECCLESIASTIQUE DE OUAGADOUGOUDu vendredi 10 au dimanche 12 mai 2013, s’est tenue dans les salles de la cathédrale Notre Dame de l’Immaculée Conception de Ouagadougou, l’Assemblée Générale de la Province Ecclésiastique de Ouagadougou, composée de 110 délégués = Koudougou (30), Manga (20), Ouahigouya (20) et Ouagadougou (40). Evêques, prêtres religieux (ses) et fidèles laïcs ont finalisé un dossier pastoral de grande importance sur le mariage chrétien : préparation, célébration, accompagnement des couples….
En outre, l’Assemblée s’est approprié la lettre pastorale des évêques du Burkina Faso sur le Rituel Romain de la célébration de la messe.
Des informations et échanges divers sur la vie et la pastorale dans les églises particulières de la Province Ecclésiastique furent variés et enrichissant.
L’Assemblée a été clôturée par une messe à la Cathédrale de Ouagadougou à 7H (Cf. Photos).
Une lettre pastorale des évêques de la province ecclésiastique de Ouagadougou récapitulera, sous peu, les conclusions de l’Assemblée à l’adresse des fidèles chrétiens de cette province ecclésiastique.
Nous partageons avec vous le contenu de la conférence sur le mariage.

 

pdfA télécharger:   Le mariage dans le Code de Droit Canonique de 1983 226.42 KB 

 

Ab. Richard ZANGRE,

Secrétaire de l’Archevêque

Mgr Laurent  B. DABIRELe 04 mai 2013, a eu lieu l’ordination épiscopale du nouvel Évêque de Dori, Mgr Laurent B. DABIRE, par Mgr François Séraphin ROUAMBA (consécrateur principal), assisté de Mgr Der Raphaël DABIRE et de Mgr Joachim OUEDRAOGO (co-consécrateurs). C’était à Dori en présence des évêques du Burkina et du Niger et de nombreux fidèles venus de Dori et des autres diocèses du Burkina.

C’est sous un soleil de plomb que les fidèles, après avoir prié avec ferveur le Seigneur, ont esquissé des pas de danses au son des tambours et des balafons en guise d’action de grâces et pour manifester leur joie commune d’accueillir le nouveau pasteur de Dori !

Un des appels forts de l’exhortation du consécrateur principal, Mgr Séraphin R., était l’appel à la SAINTETE : « Votre sainteté personnelle, disait encore, le Pape émérite Benoît XVI à ses frères dans l’épiscopat, doit rejaillir au bénéfice de ceux qui ont été confiés à votre sollicitude pastorale, et que vous devez servir. Votre vie de prière irriguera de l’intérieur votre apostolat. Un Evêque est un amoureux du Christ » (AM 100). Il faut qu’il aspire à communiquer cet amour du Christ aux fidèles qui le regardent prier, enseigner et vivre ! L’homélie, ci-dessous, nous en dit long !

Abbé Richard ZANGRE

Secrétaire de l’Archevêque

 

Mgr Laurent DABIREORDINATION EPISCOPALE
DORI 04 05 2013

Homélie de Mgr François Séraphin ROUAMBA (consécrateur principal)

 


Bien chers frères et sœurs en Christ et en humanité,

 

Je voudrais de tout cœur souhaiter la bienvenue à tous ceux qui se sont donné rendez-vous, ici, à Dori pour participer à l’action de grâce de la Communauté chrétienne. Cela fait un an et demi qu’elle était dans l’attente d’un pasteur depuis le transfert de Mgr Joachim au Siège épiscopal de Koudougou. Leur attente a pris fin. Le Seigneur leur a donné un nouveau Pasteur. Mgr Laurent B. Dabiré. Que son Nom soit béni !

 


La 1ère lecture que nous avons entendue, à la liturgie de la Parole, réunit tous ‘les gens du Livre’ en une seule famille dont Abraham est l’ancêtre, lui, le ‘Père des croyants. C’est sa foi, sa confiance en Dieu qui fait de lui l’ami de Dieu et un ‘Juste’ entre les justes. La Bible nous le présente comme un inconditionnel de Dieu. Mais, un homme de paix, de dialogue et de conciliation. Un vrai croyant et un amoureux de Dieu, son créateur. Une fois, connue la volonté de Dieu, il s’y soumet et s’exécute. « Abram -c’était avant que son nom ne fut changé en celui d’Abraham- par Dieu lui-même, Abram, quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, pour le pays que je t’indiquerai. » Et Abram partit. Dit tout simplement la Bible.

 

Cher Mgr Dabiré, en proposant à notre méditation ce texte, tiré du Livre de la Genèse, je ne doute pas que vous y voyez la condition de tout croyant, appelé à s’abandonner totalement entre les mains de son Dieu. Appelé à se quitter pour se retrouver en Lui. Une invitation à tout homme à accepter de miser sur Dieu et d’abandonner les calculs humains et les tractations d’apothicaires pour se confier au Seigneur.
Mais je pense que vous y voyez aussi votre propre condition de missionnaire. Missionnaire parce que prêtre, ordonné pour les besoins de l’Eglise : l’annonce de la Parole de vie à toute créature : « Allez, et de toutes les nations, faites des disciples. »

 

Mgr Laurent  B. DABIRECette injonction du Christ ressuscité à ses Apôtres résonne à l’oreille de tout disciple du Seigneur. Dans le Décret sur ‘’Le ministère et la vie des prêtres’ du Concile Vatican II, il est dit ceci : « Le Sacerdoce du Christ, auquel les prêtres participent réellement, ne peut manquer d’être tourné vers tous les peuples et tous les temps, sans aucune limitation de race, de nation ou d’époque, comme le préfigure déjà mystérieusement le personnage de Melchisédech. Les prêtres se souviendront donc qu’ils doivent avoir à cœur le souci de toutes les Eglises. Ainsi, les prêtres des diocèses plus riches en vocations se tiendront prêts à partir volontiers, avec la permission de leur Ordinaire, ou à son appel, pour exercer leur ministère dans des pays, des missions, ou des œuvres qui souffrent de manque de prêtres. » (PO 10)

 

L’appel est on ne peut plus clair. A l’exemple d’Abraham, vous avez quitté les vôtres pour répondre à une mission précise. Vous en avez mesuré les difficultés, les exigences, les sacrifices ; mais vous avez dit : oui!, conscient que vous ne serez pas seul à porter le poids d’une charge si lourde dans des conditions pas des plus faciles. En effet, dans le Décret sur « La charge pastorale des Evêques dans l’Eglise », le Concile affirme : « Successeurs légitimes des apôtres et membres du collège épiscopal, les évêques doivent se sentir toujours unis entre eux et se montrer soucieux de toutes les Eglises ; en vertu de l’institution divine et les devoirs de sa charge apostolique, chacun d’eux, en effet, est responsable de l’Eglise, ensemble avec les autres Evêques » (CD 5). C’est vrai, ce qui est dit là ; mais la réalité n’est pas forcément aussi rose. Mais vous avez beaucoup de chance. Votre prédécesseur a beaucoup fait pour sensibiliser tout le monde. Il a beaucoup fait pour faire de ce diocèse ce qu’il est aujourd’hui. Et plus d’un a regretté son départ. Mais le Seigneur sait mieux que nous ce qu’il fait.

 

Mgr Laurent  B. DABIREJe vous invite donc au courage et en appelle à la solidarité agissante de tous vos confrères et collègues évêques pour que l’Eglise qui est au Burkina puisse vivre, unie et solidaire et ses pasteurs, porter effectivement ensemble, la responsabilité de l’évangélisation qui leur est solidairement confiée.

 

Mais, rappelez-vous toujours qu’ici, vous êtes le ‘’pasteur propre, ordinaire et immédiat’’ du peuple qui vous est confié. Vous devez prendre à cœur votre charge d’enseignement et annoncer l’évangile à tous vos frères et sœurs qui vous entourent par vos paroles, votre comportement et votre vie, toute donnée à Dieu et aux autres. Comme le Christ qui a offert sa vie sur la croix pour notre salut, mettant fin ainsi aux sacrifices d’animaux et nous invitant à faire l’offrande de nous-mêmes au Père. Rien de ce qui préoccupe la société ne doit vous être étranger. Et vous devez être toujours l’homme du dialogue, dans le respect et la tolérance.
Touchant d’un plus près ce qui vous concerne quotidiennement, le pape émérite Benoît XVI disait, parlant de nos relations avec les musulmans : ‘’ J’exhorte l’Eglise, dans toute situation, à persévérer dans l’estime des « musulmans, qui adorent le Dieu UN, vivant et subsistant, miséricordieux et tout puissant, créateur du ciel et de la terre, qui a parlé aux hommes ». Si nous tous, croyants en Dieu, désirons servir la réconciliation, la justice et la paix, nous devons œuvrer ensemble pour bannir toutes les formes de discrimination, d’intolérance et de fondamentalisme confessionnel’’. Et je dois dire qu’ici, et c’est tout à votre honneur, l’UFC nous donne à tous une leçon lumineuse. Je souhaite un avenir toujours plus radieux fait de tolérance et de respect mutuel à vos diverses communautés.

 

Mgr Laurent  B. DABIREVous devez encore conduire, Monseigneur, sur le chemin de la sainteté les fidèles du Christ qui vous regardent et veulent pouvoir vous suivre sans risque de s’égarer. « Votre sainteté personnelle, disait encore, le Pape émérite Benoît XVI à ses frères dans l’épiscopat, doit rejaillir au bénéfice de ceux qui ont été confiés à votre sollicitude pastorale, et que vous devez servir. Votre vie de prière irriguera de l’intérieur votre apostolat. Un Evêque est un amoureux du Christ »(AM 100). Il faut qu’il aspire à communiquer cet amour du Christ aux fidèles qui le regardent prier, enseigner et vivre.

 

Il vous reste encore à considérer dans votre triple charge celle de gouverner le peuple fidèle. Vous êtes père et pasteur. Et vous savez que dans l’Eglise, servir c’est régner. A l’exemple du Christ qui n’est ‘’pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude’’. Votre esprit d’amour et votre dévouement envers tous doivent frapper les esprits. C’est ainsi que vous entrerez dans la logique du Christ, la logique de l’amour.

 

Car, « Nul n’a plus grand amour que celui-ci : donner sa vie pour ses amis ». Le Christ veut faire de nous tous ses amis. Il nous a aimés à en mourir. Et ses disciples sont appelés à le suivre dans cette voie. Nous sommes entrés dans les secrets du Père, introduits par le Christ qui vient du Père et demeure en Lui. Ce n’est ni l’intelligence, ni la volonté, ni notre savoir faire humain, ni autre chose qui fait gravir les échelons et changer de statut ; c’est l’amour qui permet de passer de serviteur à ami ; mais il y a des critères, c’est garder les commandements, tous, sans exceptions. C’est accepter que l’homme s’ouvre à l’absolu de Dieu. Quand l’homme se ferme à Dieu, il perd son identité et finit par se considérer lui-même comme un objet et le risque de ravaler l’homme au rang de l’animal est vite franchi.

 

Le Christ veut nous prémunir contre nos propres illusions : servir et aimer les autres sans risque. L’amour vrai des autres conduit toujours au sacrifice. La voie des commandements est la voie royale pour que Jésus qui nous a choisis et envoyés nous fasse porter du fruit et ‘’un fruit qui demeure’’ A l’exemple de notre Seigneur Jésus-Christ, le Pasteur éternel des brebis, soyez le bon Pasteur qui connaît ses brebis et que ses brebis connaissent. Dans les clichés passe partout où l’on catalogue les gens, il y a les conservateurs indécrottables et les progressistes révolutionnaires. Où voulez-vous qu’on vous classe. Voulez-vous être un fieffé conservateur et oser vous opposer à l’ordination des femmes dans l’Eglise catholique, à l’avortement, au mariage homosexuel et que sais-je encore ? Ou bien êtes vous un révolutionnaire bien branché, au goût du jour, être un chantre du ‘’gender’’ (gendre), réécrire toute la Bible, reformuler les nouveaux commandements pour notre ère post moderne ?? Il faut absolument choisir.

 

Mgr Laurent  B. DABIREAlors pourquoi ne pas choisir tout simplement la révolution de l’évangile, celle de l’oubli de soi pour que l’autre devienne plus homme, vive dans la dignité, celle de l’amour des autres jusqu’à se retrouver pendu sur le bois de la croix ? Accepter de mourir à soi-même pour que le Christ vive en vous ? Retrouver le Christ en chacun de vos semblables, hommes et femmes et le servir. Cette révolution-là ne coûte pas d’abord à ceux qui sont en face, aux autres, mais d’abord à soi-même. Votre révolution, c’est que votre Christ à vous est né Bella ; Tamachek, Touareg, moaaga, …bref ; toutes les populations que vous rencontrerez ici, au détour d’une tente, amis des grands espaces sahéliens, derrière les troupeaux de petits ou de gros bétail. Ne cherchez pas à reconnaître le Christ ailleurs ou autrement. Il est là qui vous attend. Saurez-vous le reconnaître ?

 

Car, il vous posera la même question insidieuse qu’à tous les autres : Laurent, m’aimes-tu ? M’aimes-tu plus que ceux-ci ? Puissiez-vous reprendre la réponse de Simon-Pierre qui sait qu’il vient de trahir et que le Christ le sait –puisqu’il l’avait déjà prédit- mais qui sait encore plus qu’un amour plus grand le poursuit : « Seigneur, tu sais tout. Tu sais bien que je t’aime ». Tu sais que je les aime, ceux que tu m’as confiés. Alors, « Laurent, pais mes agneaux, pais mes brebis ». C’est la réponse du Maître.

A M E N !!!

Mgr François Séraphin ROUAMBA

 

pdfLe CV de Mgr Laurent DABIRE

Bénédiction et l'inauguration du nouveau siège de la Direction de l'enseignement catholique à KosoogêLe Samedi 06 avril 2013 a eu lieu la bénédiction et l'inauguration du nouveau siège de la Direction de l'enseignement catholique à Kosoogê. Cette cérémonie qui a duré toute la matinée avait essentiellement pour contenu: la bénédiction de la nouvelle structure par l'Archevêque de Ouagadougou, Mgr Philippe OUEDRAOGO, suivie de la présentation des locaux par l'architecte. Un petit rafraîchissement a mis fin à ladite cérémonie aux environs de 11h30. Ci-joint le discours du père Archevêque à l'occasion de la bénédiction et de l'inauguration de ce joyau qu'est le nouveau siège de la Direction de l'enseignement catholique de l'archidiocèse de Ouagadougou!

 

Discours de Son Excellence Mgr Philippe OUEDRAOGO lors de la bénédiction et de l’inauguration du siège de la Direction de l’Enseignement Catholique - Ouagadougou.

(Ouagadougou, le 06 avril 2013)


Bénédiction et l'inauguration du nouveau siège de la Direction de l'enseignement catholique à KosoogêLa grâce et la paix de Notre Bien Aimé Seigneur Jésus Christ soient toujours avec vous !

Au nom de notre Eglise Famille de Dieu de Ouagadougou, je voudrais avant tout propos, adresser à chacun de vous un salut cordial de bienvenue à la présente cérémonie.

Honorables invités, mesdames et messieurs,

A l’occasion du 50è Anniversaire de la Fondation des Nations Unies, le 5 octobre 1995, le Pape Jean Paul II rappelait que toutes les nations sont appelées à construire leur avenir en donnant une éducation appropriée à ses jeunes générations (cf. Compendium, n° 157).

Cela requiert des moyens conséquents à consentir et une réelle coopération entre les Institutions de l’Etat, les Educateurs, la famille dont l’identité authentique doit être garantie et favorisée.

C’est pour répondre à ce souci de l’éducation des futurs bâtisseurs de notre pays que cette œuvre a émergé de terre. C’est depuis 2006 que le projet a commencé à mijoter dans les cœurs. Par la suite, un comité a été mis en place pour poursuivre la réflexion, entreprendre les démarches administratives nécessaires tout en recherchant les fonds pour la réalisation du projet. Mais c’est le 15 janvier 2011 qu’a eu lieu la pose de la première pierre. Et aujourd’hui, 06 avril 2013, nous sommes à la bénédiction et à l’inauguration ! Dieu soit loué !

Oui, « Si le Seigneur ne bâtit la maison, c’est en vain que peine les maçons… ». (Ps )

Bénédiction et l'inauguration du nouveau siège de la Direction de l'enseignement catholique à KosoogêCette parole du psalmiste nous invite donc à rendre grâce à Dieu, car le maître d’œuvre, c’est bien Lui, l’Auteur de tout bien. Dans sa bonté, il a voulu passer par des hommes et des femmes de bonne volonté, des personnes pétries de générosité et d’attention pour nous offrir ce joyau que nous voulons bénir et inaugurer aujourd’hui. Aussi voudrais-je remercier tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cette œuvre.

Notre gratitude va à l’endroit du gouvernement burkinabè ici représenté qui a toujours accompagné l’Eglise Catholique dans ses actions de développement et de promotion humaine. Merci pour l’appui technique, administratif et pédagogique constant de votre département pour l’Enseignement catholique.

Nous remercions tous les partenaires financiers et les bienfaiteurs connus et anonymes de l’Archidiocèse de Ouagadougou dans la réalisation de ce joyau de l’enseignement et de l’éducation. Nous ne saurions les citer de peur d’en oublier. Grâce à vos élans de générosité et aux multiples sacrifices consentis, vous construisez l’avenir des hommes et des femmes de demain, l’avenir de nos enfants, futurs acteurs de développement, de justice et de paix de notre pays, le Burkina Faso.

Je voudrais particulièrement remercier le père André Saint Raymond, oncle paternel et parrain de l’abbé Yves André TAPSOBA, venu pour cette cérémonie de bénédiction et d’inauguration. Père André, merci de la présence, merci de vos prières et de tout ce que vous faites pour accompagner votre filleul dans sa mission apostolique au Burkina Faso.

Merci à la Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique, au Directeur de l’Enseignement Catholique, abbé Yves André TAPSOBA, au Directeur Adjoint, abbé Ernest ILBOUDO et à tout le personnel pour votre engagement en faveur de l’enseignement, de l’éducation et de la formation de nos enfants.

Ce joyau d’un peu plus d’un milliard de francs CFA est composé de l’Administration, d’un Logement d’une communauté de religieuses, d’une salle de fête et d’un espace-mariage dit Paillote. C’est un grand projet dont la finalisation attend encore beaucoup d’investissements !

Tout début comporte des difficultés. Il faut encore du temps pour que certaines choses se réalisent. L’équipement est encore à acquérir…….. Cela requiert de la patience et du sacrifice de la part des locataires de cette structure, c’est-à-dire messieurs les directeurs de l’enseignement catholique, et tout le personnel. J’ose espérer que les difficultés des premiers moments, loin d’être une occasion de découragement ou de démotivation, vous stimuleront à aller de l’avant, en eau profonde, non seulement dans la recherche des voies et moyens pour finaliser l’œuvre mais aussi pour une bonne gestion de cette structure dont l’intérêt n’est plus à démontrer.

Bénédiction et l'inauguration du nouveau siège de la Direction de l'enseignement catholique à KosoogêChers amis, honorables invités à tous et à toutes, merci de votre présence ! Merci de votre témoignage de solidarité ! Merci de votre sollicitude et de votre engagement sans faille pour la cause de l’enseignement et de l’éducation de nos enfants ! Dieu vous bénisse et vous ramène saints et saufs chez vous !

Excellente journée à tous !

 

+Philippe OUEDRAOGO
Archevêque Métropolitain de Ouagadougou

Le nouveau pape François, qui vient d’être élu ce 13 mars 2013 au cours du cinquième scrutin du conclave qui s’est ouvert hier, a rencontré ce soir les visiteurs rassemblés place Saint-Pierre dans une grande liesse, pour la traditionnelle première bénédiction “urbi et orbi” des nouveaux papes.

A 20h22, il est apparu à la Loggia de la basilique vaticane, sous les ovations de la foule, à laquelle il s’est adressé en italien.

Nous publions ici notre traduction des paroles du nouveau pape transcrites par la salle de presse du Saint-Siège.

Le Papa FrançoisParoles du pape François

Frères et Sœurs, bonsoir!

Vous savez que la tâche du Conclave était de donner un Evêque à Rome. Il semble bien que

mes frères Cardinaux soient allés le chercher quasiment au bout du monde... Mais nous sommes là... Je vous remercie pour votre accueil. La communauté diocésaine de Rome a son Evêque : merci ! Et tout d’abord, je voudrais prier pour notre Evêque émérite, Benoit XVI. Prions tous ensemble pour lui afin que le Seigneur le bénisse et la Vierge le protège.

[récitation du Notre Père, du Je Vous Salue Marie et du Gloire au Père]

Et maintenant, initions ce chemin: l’Evêque et le peuple. Ce chemin de l’Eglise de Rome, qui est celle qui préside toutes les Eglises dans la charité. Un chemin de fraternité, d’amour, de confiance entre nous. Prions toujours pour nous : l’un pour l’autre. Prions pour le monde entier afin qu’advienne une grande fraternité. Je souhaite que ce chemin que nous commençons aujourd’hui et au long duquel je serai aidé par mon Cardinal Vicaire ici présent, soit fructueux pour l’évangélisation de cette Ville si belle !

Et maintenant je voudrais donner la bénédiction, mais auparavant, auparavant –je vous demande une faveur : avant que l’Evêque bénisse le peuple, je vous demande de prier le Seigneur afin qu’Il me bénisse : la prière du peuple, demandant la Bénédiction pour son Evêque. Faisons cette prière en silence de vous tous sur moi.

[...]

Maintenant je vais donner, à vous et au monde entier, à tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté, la Bénédiction. [Bénédiction]

Frères et Sœurs, je vous laisse. Grand merci pour votre accueil. Priez pour moi et à bientôt ! Nous nous reverrons rapidement : demain je veux aller prier la Vierge pour qu’Elle protège Rome tout entière. Bonne nuit et bon repos !

 

Rome, 13 mars 2013

 

Source: Zenit.org

Le 11 février 2013, le Pape Benoît XVI a annoncé qu'il quittera sa charge à partir du 28 février 2013. Cela est possible, conformément à l'article 332 paragraphe 2 du code de droit canonique.

Sans nous laisser ballotter par de nombreux commentaires qui ne manqueront pas, nous regardons l'avenir de l’Église avec sérénité avec une pleine confiance à ces paroles de Jésus au premier Pape : "Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les forces du mal ne pourront rien contre elle" (Mt 16, 19).

Prions donc pour le Saint Père en fin de mandat, et pour la prochaine élection d'un successeur de Benoît XVI selon le cœur de Dieu.


Voici son annonce traduite du latin au français par le Saint-Siège :

"Frères très chers,

Je vous ai convoqués à ce Consistoire non seulement pour les trois canonisations, mais également pour vous communiquer une décision de grande importance pour la vie de l’Église.

Le congrès, qui s’est tenu du 10 au 13 novembre 2011 à Ouagadougou, au Centre National Cardinal Paul ZOUNGRANA, a connu la présence de 469 participants, venus de tous les diocèses de notre Eglise Famille de Dieu. Le présent document reprend les grandes lignes du congrès, depuis son initiation jusqu'à sa tenue effective.

Cliquez ici pour télécharger les actes du congrès en format PDF (25 Mo)