L’Église catholique est entrée depuis le 2 mars dans le temps de carême. Que signifie le carême pour les fidèles catholiques de Ouagadougou ? Est-il possible de concevoir un temps de carême sans jeûne ? Ce dimanche 3 avril 2020, pour avoir des éléments de réponse, Catholique.bf a tendu son micro à plusieurs fidèles de la ville de Ouagadougou et manifestement les fidèles catholiques n’ont pas tous la même conception du carême.

Plusieurs catholiques de la ville de Ouagadougou définissent le carême de différentes manières. Pour certains, le carême est synonyme de prière et de pénitence. D’autres par contre pensent que le carême est un temps de partage et de privation. Certains fidèles vont jusqu’à assimiler le carême au jeûne.

«le carême est un temps de prière et de pénitence consacré à Dieu», déclare Nadège KAFANDO, stagiaire dans une agence de communication. Elle explique aussi la nécessité d’adopter une attitude positive et de se consacrer à la lecture de la Bible pendant le temps de carême. Selon elle, il est possible de faire le carême sans jeûner, mais en s'abstenant de toutes impuretés et de la consommation de la viande et de l'alcool tous les vendredis. Elle évoque aussi l’importance de participer au chemin de croix mais souligne qu’elle n’y participe pas car les heures coïncident souvent avec ses heures de travail.

Selon un autre fidèle (qui a préféré garder l’anonymat), le carême est un temps de pénitence en souvenir des 40 jours et 40 nuits de jeûne du Christ. «C’est un temps consacré au jeûne, à la prière et à l’aumône» ajout-il. Pour lui, le carême est aussi un moment pour ‘‘assainir’’ sa relation avec Dieu. Il mentionne aussi l’importance de participer au chemin de croix car cela permet de revivre la passion du Christ.

Saturnin Sami Kam(comptable) pense que «le Carême est une période de jeûne et de pénitence de quarante jours avant Pâques». Il explique aussi que pendant cette période, il convient de se recueillir et d’éviter au maximum la vie de débauche, de prier beaucoup et de partager. «Il faut également prendre du temps pour lire la Parole de Dieu et la méditer» insiste-t-il. À écouter M.KAM, on ne peut pas faire le carême sans jeûner car le jeûne est obligatoire pour tous les catholiques majeurs et qui n'ont pas de problème de santé. «Il peut y avoir des exceptions pour les personnes malades ou les femmes enceintes par exemple» précise-t-il. Concernant les interdictions et certaines conduites à tenir, ce dernier se confie :«moi particulièrement je n'arrive pas à respecter les interdictions du vendredi juste parce que ma foi est faible. Je ne participe pas non plus au chemin de croix durant le carême».

Contrairement à Saturnin Sami KAM, Danielle COULIBALLY et Catherine ZOURÉ pensent qu’on peut vivre le temps de carême sans jeuner. Elles définissent le carême comme un temps de pénitence.

Mais Danielle COULIBALLY mentionne aussi l’obligation d’arrêter avec les anciennes mauvaises habitudes, de beaucoup prier afin de se rapprocher de Dieu. Cependant elle relève la difficulté de participer au chemin de croix à cause des contraintes professionnelles et familiales.

Selon l'Église catholique, le Carême "fait référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise", et "renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ dans le désert. Les 40 jours symbolisent "le temps de préparation pour un nouveau commencement. Le mot carême vient donc du chiffre 40.

Tout compte fait, ce qu’il faut retenir pour le carême, c’est l’invitation des fidèles à jeûner chacun selon ses possibilités et surtout à faire le jeûne de pêchés. Cependant le jeûne est obligatoire le mercredi des cendres et le vendredi saint. Les vendredis de carême, les fidèles doivent aussi s’abstenir de viande et de boissons alcoolisées.

Pin It

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.